Technicien de mesure de la pollution

Le technicien de mesure de la pollution, qui entretient les appareils d'enregistrement de données atmosphériques, est au cœur des enjeux actuels liés à la santé publique. Il a des compétences scientifiques, techniques, électrotechniques et électroniques.

Le technicien de mesure de la pollution travaille sous l’autorité de l’ingénieur d’études responsable. Jouissant d’une bonne condition physique car en permanence sur le terrain, il travaille seul pour surveiller le fonctionnement des stations de captage situées en différents endroits de la ville ou de sa périphérie. Il effectue la surveillance de la qualité de l'air mais il réalise aussi des contrôles de qualité des rejets d'installations industrielles dans les cours d’eau et les nappes phréatiques.
Fort de sa maîtrise de tous les instruments de mesures des stations, il détecte la présence éventuelle de substances toxiques dans l’air. Il relève périodiquement les mesures indiquées par les instruments. Relevés et mesures sont faits avec beaucoup de rigueur et de minutie. Il transmet ensuite toutes les données recueillies afin de les faire valider par l’ingénieur d’études. Il peut entrer ces données sur ordinateur pour traitement. La synthèse des résultats peut déclencher une alerte des pouvoirs publics si les taux de pollution dépassent les normes de sécurité préétablies.

Notons toutefois que la nature de la fonction de technicien change avec l’évolution technique des stations. En effet, la transmission des données est généralement automatique grâce à des modems informatiques. Ainsi le technicien fait moins de mesures ou de relevés mais davantage de maintenance des appareils (entretien et pannes). AIRPARIF, en Ile-de-France emploie une cinquantaine de personnes. Mais dans la plupart des villes, les stations de mesures fonctionnent avec des équipes plus réduites voire seulement un ingénieur et un technicien.

Salaire : Entre 1 500 et 1 600 euros/mois

Criteres

Plusieurs formations technologiques peuvent être prises en compte pour exercer ce métier.
Elles impliquent la possession d’un bac scientifique ou technologique ou d'un bac STL biotechnologies ou sciences physiques et chimiques en laboratoire. Ensuite des BTS et DUT (bac + 2) sont bien adaptés dont le BTS fluides, énergies, environnements (4 options) et le DUT mesures physiques (2 options). Citons également :
- BTS Hygiène et sécurité au travail,
- BTS Gestion de l’environnement et des ressources naturelles
- TBM (Technicien supérieur de santé option analyses Biomédicale), (INFAS)
- DUT Chimie industrielle

Comments (0)

Leave a comment

You are commenting as guest.